Étant un fieffé amateur de meme et de manga divers, j’ai vu la série d’animation Initial D. Mais que penser de la réalité quand, comme moi, on s’y connaît bien peu sur les sports de voiture et que l’on se passionne pour l’univers dépeint dans Initial D ?

Les manga japaonais, source de folie en exploits sportifs

Beaucoup de manga de sport japonais versent allègrement dans la surenchère en terme d’exagération des prouesses sportives.

  • Prince of Tennis, le plus notable, où on se demande s’il s’agit toujours de tennis…
  • Captaine Tsubasa (Olive et Tom)
  • Hajime no Ippo, Takamura vs Eagle Et bien d’autres.

Dans Initial D également les exploits des personnages en matière de conduite de voiture sont très souvent exceptionnels et surhumains. Ces exploits servent à contraster avec les faits de personnages plus “normaux”, rendant ces personnages héroïques, de suciter l’intérêt du lecteur, et de manifester une gradation dans la technicité (plus l’histoire avance, plus les personnages principaux sont balèzes).

Tsuchiya Keiichi, le Fujiwara Takumi de la réalité

Tsuchiya Keiichi (土屋 圭市) est l’inspiration avouée du mangaka Shuichi Shigeno (しげの 秀一) de Initial D pour son personnage principal Takumi Fujiwara (藤原拓海). Au Japon, parmi les passionés de course de voiture, il est surnommé ドリキン (diminutif de ドリフとキング, drift king). Les deux points communs de Takumi et de Keiichi sont leur style de conduite et leur voiture de prédilection, la légendaire Toyota Trueno 86.

Une Toyota Trueno 86 qui gagne une Nissan GT-R, possible ou mdr nn tro pa ?

La TV japonaise a diffusé plusieurs émissions qui montraient l’efficacité réelle du drift face à d’autres styles de conduite.

Dans l’épisode Qui est plus rapide entre NSX et GT-R ?, Doriking (drift king) est dans la NSX et dit que les freins sont mauvais. Il perd contre la GT-R1.

Dans un autre épisode humoristique, doriking prouve l’efficacité de la 86 illustrée dans Initial D, face à un débutant dans une Nissan GT-R, pensant qu’on peut gagner avec juste de la puissance2.

L’efficacité du drift

Le drift, en pratique, se révèle peu intéressant sur asphalt avec bonne adhérence. À l’inverse, sur neige par exemple, soit tu drift, soit tu pars en vacance en famille à la montagne. Ce fait est peut-être d’autant plus vrai aujourd’hui qu’avec les avancées technologiques, on est capable de produire des voiture qui adhèrent presque parfaitement à la route. Le drift n’est pas bon pour les pneus, donc mauvais pour les courses d’endurance (c’est pq on ne verra jamais un gars faire les 24h du Mans en drift, les roues ne tiendraient qu’une heure ou deux.

Le drift est une arme d’attaque.

Il a aussi une valeur esthétique, et c’est bien ce dont il est question dans le dessin animé d’adaptation d’Initial D. Dans ce dernier, on voit des drift exagérés, pour rendre le sport plus attrayant, tout en donnant aux courses un côté haletant et un objectif d’être le plus rapide. Ce qui est tout à fait contradictoire avec l’inefficacité d’un drift à 60° avec la route quand il s’agit d’aller le plus vite possible. Questionnons également le budget du personnage principal en roues pneumatiques.

L’intérêt des fans américains

Pour conclure, notons l’engouement récent pour le monde du drifiting japonais par les fans non-japonais de Initial D34.

Un montage ultra stylé fait sur le jeu Gran Turismo 5, rendant hommage aux grands moments de l’histoire de Initial D

Références