Jekyll est un générateur de site statique, écrit en Ruby. Il permet de faciliter grandement la rédaction d’articles et pages pour la création d’un site statique.

Par statique, on entend bien sûr non dynamique, ce qui signifie qu’un site généré via Jekyll ne sera autre qu’une collection organisée de pages web, écrites avec les langages courants du web : HTML, CSS, Javascript.

J’utilise Jekyll pour générer les pages statiques de ce site.

Dans cet article, je parle des petits problèmes que j’ai rencontrés au début et des solutions que j’ai apportées. Je précise que ma machine tourne sur Archlinux.

Gem demande les droits de root pour installer des paquets

gem install jekyll bundler

demande à un moment donné le mot de passe super utilisateur. Cela signifie que gem essaye d’installer les gems au niveau système. Du très sale. C’est pas très recommendable. Il faut configurer le chemin vers son répertoire .gem local, dans le fichier de configuration du shell (pour moi, ~/.zshrc)

export GEM_HOME=$HOME/.gems/

La commande jekyll n’est pas reconnue par le shell.

Encore une fois c’est un chemin mal configuré. J’utilise zsh, donc dans le .zshrc :

export PATH=$PATH:$HOME/.gem/bin:$HOME/.gem/ruby/2.4.0/bin

Notons que si on met à jour ou remplace Ruby pour une version différente de la 2.4.0, il faudra mettre à jour le chemin dans le .zshrc en conséquence.

jekyll serve crash lamentablement, disant qu’il ne trouve pas les bundles nécessaires

Avant de pouvoir faire jekyll serve tranquillement, il m’a fallu installer les bundles du Gemfile :

bundle install

Jekyll plante après gem update

Après un gem update, jekyll serve plante.

Une solution consiste à faire bundle update, qui met à jour le bundle par rapport aux gems (attention1). Faire gem clean ensuite permet de supprimer les vieilles versions de gems. Ça rend le système propre, mais c’est à utiliser avec modération, au cas où la compatibilité entre gems serait perdue2.

Références